MERCREDI 11 JUIN, TOUS POUR L’EMPLOI ! [COMMUNIQUÉ DU SNTRS-CGT]

Publié le 10 Juin 2014

Mercredi 11 Juin, l'intersyndicale de l'ESR [Enseignement supérieur et recherche] appelle à des actions des collègues pour exiger une relance de la politique de l'emploi statutaire dans les universités et les organismes de recherche (http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article6808). Cette journée est organisée à l'occasion de la plénière du Comité National de la Recherche Scientifique (http://www.cnrs.fr/comitenational) organisée autour de ce thème unique et qui attirera l'attention des médias sur le sujet en raison de son caractère exceptionnel (dernière plénière en 2009).

Dans un contexte où la part du PIB consacrée à la recherche évaluée à 2,2% ne progresse pas, loin des 3% du PIB affichés comme objectifs dès 2000 et où le nombre d'embauches sur emplois statutaires décroit de façon considérable (au CNRS on passe de 900 concours ITA+chercheurs en 2010 à 540 en 2014 par exemple), il est temps d'obtenir l'inversion de cette politique d'effondrement de l'emploi statutaire.

Pour embaucher 10 000 collègues chercheurs, enseignants-chercheurs et ITA/BIATSS chacune des 3 années prochaines, il faut trouver 500 millions d'euros de masse salariale supplémentaire par an, soit 1,5 milliard d'euros en 2017. Ceci peut clairement être financé par une baisse conséquente du Crédit Impôt Recherche (6 milliard d'euros en 2014) qui dégagerait des ressources nouvelles pour l'État ou par une réorientation partielle de la nouvelle tranche du programme d'investissements d'avenir vers de l'emploi de titulaires (5 milliard pour l'ESR en 2014 essentiellement consacré à de l'emploi précaire).

 

parce que c'est la seule condition pour que les jeunes générations continuent à se tourner vers les métiers scientifiques.

parce que c'est la seule condition pour offrir un avenir digne et juste aux innombrables collègues sur statuts contractuels ITA/BIATSS enseignants ou chercheurs qui contribuent à accomplir nos missions (près de la moitié des 80 000 précaires de l'ESR assurent des tâches pérennes).

parce que dans des établissements qui n'embauchent plus, les promotions et la mobilité sont totalement gelées, en particulier pour les ITA/BIATSS.

parce que l'effondrement du recrutement dans les organismes (CNRS, INSERM) retarde considérablement l'âge d'embauche sur poste stable.

parce que c'est la seule condition pour que les jeunes générations continuent à se tourner vers les métiers scientifiques. parce que c'est la seule condition pour offrir un avenir digne et juste aux innombrables collègues sur statuts contractuels ITA/BIATSS enseignants ou chercheurs qui contribuent à accomplir nos missions (près de la moitié des 80 000 précaires de l'ESR assurent des tâches pérennes).

 

L'argent existe pour embaucher ! C'est une question de choix.

Imposons le nôtre !

Initiative de l'intersyndicale (CGT,FSU,CFDT,FO,SUD,SNPTES) à Strasbourg: réunion/débat, rédaction de motions 

 

Mercredi 11 Juin : 11h amphi Perey à Cronenbourg


http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2014/03/le-cs-du-cnrs-lance-la-bataille-de-lemploi.html

 


LE SES et le SNTRS CGT (Syndicat national des travailleurs de la recherche scientifique)

Repost 0
Commenter cet article