« Science-fiction » à la Cité-U de la Robertsau : les rénovations sont prioritaires seulement du côté de l’École européenne ultra-élitiste !

Publié le 27 Octobre 2015

« Science-fiction » à la Cité-U de la Robertsau : les rénovations sont prioritaires seulement du côté de l’École européenne ultra-élitiste !

On dirait un film de science-fiction, Brazil de Terry Gilliam peut-être, où derrière les bâtiments luxueux et clinquants de la bureaucratie gouvernementale se cachent les immeubles putrides et insalubres des prolétaires. Mais nous ne sommes pas dans l’univers de l’imagination, nous sommes à la Cité-U de la Robertsau, et le CROUS de Strasbourg vient de nous donner la preuve que parfois la réalité peut dépasser l’imagination.

 

En ce mois d’octobre, des étudiants de la Cité-U nous ont signalé des travaux de rénovation et de peinture en cours sur la façade du bâtiment 3, côté Sud, en face de l’École européenne. Aucuns autres travaux de rénovation ne sont prévus actuellement pour les autres façades et les autres bâtiments, qui pourtant ne sont pas moins vétustes et délabrés.

 

La question des rénovations d’une Cité-U de plus en plus insalubre avait été soulevée à plusieurs reprises en Conseil de résidence et face aux autorités du CROUS, néanmoins aucune rénovation des façades de la Cité n’avait été prévue... jusqu’au moment où l’École européenne a ouvert ses portes ! À ce moment-là, quand l’école des riches est devenue opérationnelle, nous n’avons même pas eu besoin de demander au CROUS de commencer les rénovations, il s’en est préoccupé tout seul. Sauf qu’il s’est contenté de rénover la seule façade à proximité de l’École européenne.

Et les autres façades ? Pas grave si on ne les rénove pas, puisqu’elles ne sont pas en face d’un établissement scolaire ultra-élitiste ! Ce qui importe le plus au CROUS et aux collectivités territoriales, c’est que les riches et leurs enfants ne soient pas obligés de voir chaque jour, avant d’entrer à l’école, que des centaines d’étudiants vivent encore dans un bâtiment vétuste et délabré.

 

Nous rappelons que l’École européenne a coûté 34,1 millions d’euros aux collectivités alsaciennes, sans compter les aménagements routiers et le terrain. Il s’agit d’une école « agréée » par l’Union européenne, mais financée entièrement par la France. Cette école est réservée aux enfants de fonctionnaires européens et autres privilégiés des institutions de l'Union européenne, ainsi qu'aux enfants de cadres d’entreprises multinationales et des diplomates du Conseil de l'Europe pour compléter les effectifs. Très restreinte et sélective, l'admission dans cet établissement se fait selon la profession des parents. On a donc près de 40 millions d'euros dépensés pour une école réservée à une minorité, à une classe sociale supérieure.

 

Les collectivités territoriales et le CROUS affirment toujours manquer des moyens pour mettre en œuvre une politique ambitieuse pour leurs étudiants. Ils baissent les budgets des collèges d’éducation prioritaire « REP+ », ils augmentent les loyers en Cité-U et ils font payer les effets des politiques d’austérité aux élèves et étudiants issus des classes populaires. Mais ils n’ont aucune difficulté à débloquer des moyens financiers lorsqu’il s’agit d’améliorer le cadre d’études des fils des classes dominantes qui ne payent même pas d’impôts en France !

Le CROUS, en ce mois d’octobre, a montré une fois de plus son vrai visage : alors que, malgré ses promesses, les rénovations pour les sanitaires de la Cité-U de la Robertsau n’ont toujours pas eu lieu, combien d’argent va-t-il débloquer pour la rénovation de la façade du bâtiment 3 ?

 

L’Union des Étudiants Communistes de Strasbourg dénonce l’attitude du CROUS de Strasbourg, puisque sa politique immobilière soumise aux logiques de marketing se moque des étudiants de la Cité-U de manière flagrante. Alors que la vitrine brille, l'arrière-boutique se délite. Nous disons haut et fort NON à une politique qui discrimine les rénovations en fonction de leur proximité avec l’École européenne des ultra-riches !

Nous appelons les étudiants à rester mobilisés sur la question des rénovations, avec leur Conseil de résidence combattif et pendant les prochains moments d’expression démocratique qu’il organisera, pour que tous les problèmes qui se cumulent soient dénoncés et résolus au plus vite.

 

Union des Étudiants Communistes de Strasbourg – cercle Cité-U de la Robertsau

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article