Soirées étudiantes : encore une fois des affiches sexistes et dégradantes

Publié le 1 Octobre 2015

Soirées étudiantes : encore une fois des affiches sexistes et dégradantes

Nous aurions voulu commencer ce communiqué en disant : « C’est avec beaucoup de surprise que des étudiants nous ont signalé l’énième affiche sexiste pour une soirée étudiante, la « Soirée Pompoms », organisée par l’Agora Club ce mercredi 30 septembre ».

 

Malheureusement cela n’a pas été une surprise pour nous. Les stéréotypes sexistes et dégradants pour les femmes se multiplient sur les affiches pour les soirées étudiantes ou dans les thèmes mêmes de ces dernières. L’affiche de la « Soirée Pompoms » de l’Agora Club en est le dernier exemple, représentant deux femmes torse nu alors qu’il nous semble que pour exercer l’activité de cheerleader il n’y aucun besoin de se mettre « à poil » ! Lors de cette rentrée 2015, nous avons subi également l’affichage massif des « Mercredi Erasmus » représentant le personnage de Marge Simpson en version SM. Ou encore, l’an dernier, les photos du « Week-End d’intégration » des amicales de l’IEP Strasbourg ont suscité des vives réactions quant aux bizutages sexistes et aux compétitions de strip-tease auxquels les primo-entrantes ont participé. Le tout sous le regard bienveillant des responsables d’associations qui sont reconnues par l’Université de Strasbourg, qui les finance et leur donne des locaux à l’IEP.

Au-delà du mauvais goût sordide qui ne fait plus rire personne, ce genre d’affiches et de soirées à thème posent la question du respect de la dignité humaine. L’association systématique des jeunes femmes à la pornographie, à l’humiliation et à l’agression sexuelle dans la communication événementielle participe, même de manière inconsciente, à la promotion d’actes dégradants et à la diffusion d’une culture du viol, de relativisation du crime que constitue un acte sexuel non consenti.

À l’heure où 1 jeune femme sur 10 déclare avoir été agressée sexuellement au cours de sa vie, il est clair que ce genre d’affiches et de soirées sont totalement irresponsable. Pourtant, chaque année les associations étudiantes organisent des centaines de soirées étudiantes, sans avoir pour autant besoin de mettre en scène la dégradation des jeunes femmes pour s’amuser.

L’Union des Étudiants Communistes de Strasbourg propose de sortir par le haut de cette situation. Les étudiantes attendent du respect, dans un contexte où le sexisme limite encore trop de parcours universitaires et professionnels, brise encore trop de vies. Nous avons l’ambition de travailler avec les associations étudiantes pour éradiquer de nos campus les atteintes aux droits des femmes. Aussi, nous nous battons tout au long de l’année pour que les étudiantes puissent choisir leurs formations, sans le poids que des préjugés réactionnaires font peser sur elles.

Au mois de mars se tiendra la 4ᵉ édition de la Semaine du Féminisme, qui est désormais un événement majeur de la vie universitaire. Nous y donnons rendez-vous à tous les étudiants pour élaborer des solutions émancipatrices pour les jeunes femmes.

Union des Étudiants Communistes de Strasbourg

Rédigé par Union des étudiants communistes de Strasbourg

Repost 0
Commenter cet article