Publié le 26 Février 2015

En décembre 2014, des membres du Conseil de résidence de la Cité-U de la Robertsau ont rédigé un inventaire complet des douches et des toilettes hors service dans la cité. Une dégradation de la situation des sanitaires a été constatée : des douches et des toilettes défectueuses, et donc fermées depuis longtemps en attente des travaux, ont été trouvées à tous les étages. Cette situation a précarisé le quotidien des étudiants de la cité et n’était plus tenable, ce qui a poussé le Conseil de résidence à demander une prise de décision rapide de la part du CROUS.

Suivant l’inventaire, en janvier 2015, le Conseil de résidence a été à l’initiative d’une lettre d’alerte adressée au Conseil d’administration du CROUS de Strasbourg, en l’invitant à allouer une somme conséquente du budget du CROUS à l’entretien des sanitaires dans ses cités et résidences universitaires.

Enfin, en février, la bonne nouvelle : le Conseil de résidence annonce aux étudiants l’allocation de 31.000 euros pour les travaux de renovation des sanitaires de la Cité. Les travaux commenceront en avril.

Nous saluons la détermination du Conseil de résidence de la Robertsau et la victoire qu’il a pu obtenir grâce à un travail remarquable, en faisant notamment pression sur le CROUS. Cela montre encore une fois que les Conseils de résidence ont un rôle important à jouer au sein de la démocratie universitaire et que leur engagement peut être un moteur de changement dans les Cités-U. Nous espérons que d’autres Conseils de résidence suivront l’exemple de la Robertsau pour obtenir de nouvelles victoires pour les étudiants.

Nous souhaitons que le directeur du CROUS et les directeurs des autres Cités-U commencent sérieusement à prendre en compte la question des rénovations : le cadre de vie est important pour la réussite des étudiants et ces derniers ne peuvent mener à bien leurs études si les conditions de vie se dégradent (non seulement les sanitaires, mais aussi les cuisines collectives, le service internet, les espaces de travail, etc.).

Nous souhaitons enfin que le directeur du CROUS convoque dans les plus brefs délais une réunion du Conseil académique de la vie en résidence, lequel ne s’est pas réuni depuis novembre 2013 alors que beaucoup de Cités-U continuent à subir des dégradations.

 

L'Union des Etudiants Communistes de Strasbourg - cercle Cité-U Robertsau

 

 

Ici jointe la lettre ouverte envoyée au CROUS de Strasbourg :

 

A l'intention des administrateurs et administratrices du Conseil d'Administration du CROUS,

Nous, représentant-e-s des étudiant-e-s de la Cité universitaire de la Robertsau au sein du Conseil de résidence, voulons adresser un message d'alerte au représentant-e-s au Conseil d'administration du CROUS.

Nous constatons une dégradation de la situation des sanitaires (douches et toilettes) dans la cité universitaire. Un inventaire précis a été effectué à la cité de la Robertsau et il s'avère qu'on y trouve des douches et des toilettes défectueuses à tous les étages.

En partageant les informations avec les représentant-e-s des Conseils de résidence des autres cités U, nous avons pu remarquer que la situation était aussi difficile dans les autres cités.

Nous invitons les administrateurs et les administratrices du CROUS à se pencher sérieusement sur la question et à allouer une somme suffisante du budget du CROUS à l'entretien des sanitaires dans les cités et résidences universitaires de Strasbourg.

Le directeur de la Cité universitaire de la Robertsau, Jean-Luc Klingelschmidt, a déjà engagé un devis afin de remédier au problème. Nous espérons qu'il sera soutenu par le directeur du CROUS Christian Chazal ainsi que par tous les administrateurs et administratrices du CA.

La situation actuelle n'est plus tenable et beaucoup d'étudiant-e-s en pâtissent. Des décisions rapides doivent être prises pour y remédier.

Veuillez recevoir Mesdames, Messieurs, l'expression de nos salutations respectueuses


Les élus au Conseil de Résidence de la Cité Universitaire de la Robertsau et les Etudians « Relais »

Voir les commentaires

Rédigé par Union des étudiants communistes de Strasbourg

Repost 0

Publié le 19 Février 2015

En septembre 2015 une « école européenne » dans le quartier de la Robertsau à Strasbourg sera inaugurée. Elle aura coûté 34,1 millions d’euros aux collectivités alsaciennes, sans compter les aménagements routiers et le terrain. Objectif important depuis 2001 pour Roland Ries (PS) et pour Fabienne Keller (UMP), ce projet vise à mettre en place une école « agréée » par l’Union européenne, mais financée entièrement par la France. Cette école sera réservée aux enfants de fonctionnaires européens et autres privilégiés des institutions de l'Union européenne, ainsi qu'aux enfants de cadres d’entreprises multinationales et des diplomates du Conseil de l'Europe pour compléter les effectifs. Très restreinte et sélective, l'admission dans cet établissement se fait selon la profession des parents, pas selon le niveau scolaire. On a donc près de 40 millions d'euros dépensés pour une école réservée à une minorité, à une classe sociale supérieure. Tandis qu'à Strasbourg et partout en France, des établissements publics ouverts à tout les habitants sans distinction sociale sont retirés du programme d'éducation prioritaire « REP+ » , freinant de fait l'accès pour une partie de la population à une éducation fondamentale pour avoir de véritables perspectives d'avenir. Les parents d'élèves et les enseignants s'alarment du constant manque de moyens alloué aux collèges, et pendant ce temps les collectivités alsaciennes dépensent leur argent en faveur d'une petite communauté déjà bien aisée.
Plus proche de l'emplacement de la future école européenne, dans le même quartier, nous constatons qu'il y a suffisamment d'argent pour financer un établissement destiné à un petit monde, mais que lorsqu'il s'agit de la voisine Cité Universitaire de la Robertsau gérée par le CROUS, l'argent n'est jamais là pour effectuer les rénovations des sanitaires, des cuisines, pour effectuer un plan de désinsectisation, pour la réfection d'un parking où il y a plus de trous que de macadam, pour qu'il y ait une connexion internet fiable, etc. laissant de très nombreux étudiants dans des situations très insalubres et précaires.
Ainsi la municipalité et les collectivités territoriales, dirigées par le PS et l'UMP, ont choisi de protéger les privilèges de certains plutôt que de garantir un service public de l'éducation digne du XXIe siècle pour tout les habitants de Strasbourg. Voyant cela, le Mouvement des jeunes communistes du Bas-Rhin et l'Union des Étudiants Communistes de Strasbourg dénoncent cette politique d'austérité « sélective », et appelle notamment à soutenir le collège de Stockfeld dans sa bataille pour maintenir le statut de REP +, ainsi que les étudiants en lutte contre l'austérité dans l'Enseignement Supérieur et la Recherche qui affecte la qualité de logement dans leurs cités universitaires.

 

Le Mouvement des jeunes communistes du Bas-Rhin.

Voir les commentaires

Rédigé par Union des étudiants communistes de Strasbourg

Repost 0

Publié le 18 Février 2015

Les Jeunes Communistes du Bas-Rhin s'interrogent profondément devant la profanation du cimetière juif de Sarre-Union commis jeudi dernier et découvert ce dimanche. Selon les dernières nouvelles dont nous disposons, les instigateurs de celle-ci seraient cinq mineurs âgés de 15 à 17 ans, hors de tout mouvement de quelque horizon qu'ils soient et auraient commis cet acte a priori sans raison claire. Comme en 2001 où le cimetière de la commune avait déjà été saccagé, ces jeunes auraient agis par « désœuvrement » et non pas profonde conviction antisémite. Nous nous gardons donc de toute réaction hâtive et nous attendons le résultat de l'enquête pour nous prononcer définitivement sur cet événement. En revanche, certains ne peuvent perdre une occasion de se montrer ridicules et à mille lieues de toute réflexion préalable.

Lundi après-midi, c’est Nadine MORANO, Députée européenne, qui s’est rendu sur place pour dénoncer la « volonté des islamistes de monter les gens les uns contre les autres, afin de déstabiliser nos sociétés démocratiques ».

Le Front national, par la voix de Baptiste PIERRE, Secrétaire Départemental du Front national de la Jeunesse 67 et conseiller municipal de Sarre-Union, estime que « cet événement tragique n’est que la suite logique d’un climat d’antisémitisme qui s’installe dans notre pays et qui est alimenté par l’islam radical. ».

Mais le Parti socialiste n'est pas en reste puisque Philippe BIES, Député de la 2ème circonscription du Bas-Rhin et conseiller municipal et eurométropolitain de Strasbourg, met lui en avant le score élevé du FN aux dernières élections municipales de Sarre-Union pour justifier cette profanation.

Amalgames et accusations gratuites, comme si la capacité d’analyse de l’extrême droite et la droite extrême pouvait remplacer une enquête policière en bonne et due forme. Il est drôle également de voir monsieur BIES fustiger le FN alors que les politiques de son parti contribuent à faire monter l'extrême droite jour après jour.

Nous invitons les membres de la « classe politique » à appliquer le précepte de Maurice THOREZ en gardant le cœur chaud mais la tête froide, au lieu de vociférer à tort et à travers.

 

Ce qui est également révoltant, c'est la situation dans laquelle se retrouve Sarre-Union et l'Alsace Bossue : un désert économique, politique et social livré à lui-même, privé peu à peu de services publics, dirigé par des barons plus soucieux de conserver leur(s) poste(s) que d'améliorer la vie de leurs administrés, à l'image du département voisin de la Moselle. Il faut une réponse sociale, pour redonner à notre jeunesse des perspectives d’avenir, la possibilité de se former ici, de trouver un emploi dans des conditions dignes et bien rémunéré ainsi qu'un logement. Bref, un cadre dans lequel ils peuvent évoluer en fonction de leurs aspirations et s’émanciper sans besoin de profaner un cimetière par « désœuvrement ». Faisons que Sarre-Union et l'Alsace Bossue n'apparaissent plus à la une des médias pour des actes sordides comme ceux-ci mais pour son positionnement à la pointe d'une politique progressiste au service de la population de ces territoires.

 

Quoiqu'il en soit, les Jeunes communistes du Bas-Rhin condamnent fermement l'atteinte faite au cimetière juif et à la communauté juive de Sarre-Union. Quelles que soient les motivations des individus, une profanation d'un cimetière, peu importe la religion, ne peut constituer un simple fait divers et constitue un acte très grave. L'enquête doit désormais poursuivre son cours. Rappelons aussi qu'il est tout aussi inadmissible que le lieu de prière musulman de la proche ville de Bitche (Moselle) ait été souillé d'inscriptions nazies et fascisantes peu après la tuerie de Charlie Hebdo.

Plus que jamais, jeunes, et moins jeunes, doivent s'approprier leur histoire pour éviter de la revivre, pour éviter de nouveaux actes comme ceux-ci. À l'image des 400 lycéens qui ont défilé hier à Sarre-Union, nos mots d'ordre doivent être le respect et la vie en commun.

 

Le Mouvement des jeunes communistes du Bas-Rhin.

Voir les commentaires

Rédigé par Union des étudiants communistes de Strasbourg

Repost 0

Publié le 12 Février 2015

Annulation de la conférence de Gollnisch : une victoire pour l’Université médaillée de la Résistance !

Un rassemblement organisé en quelques heures a réuni plus d’une centaine de personnes hier, mercredi 11 février, pour protester contre la présence du négationniste notoire et membre du comité central du Front national Bruno Gollnisch au Palais Universitaire de Strasbourg. Que Gollnisch puisse entrer et vociférer son discours de haine dans un lieu où trône la plaque en l’honneur de la Résistance et le nom des résistants tombés face à l’occupant nazi était juste inacceptable, d’autant plus que l’Université de Strasbourg médaillée de la Résistance fête comme partout en France le 70ème anniversaire de la Libération.

Arrivés devant la salle de la conférence, nous, étudiants et personnels de l’Unistra, avons fait entendre notre indignation devant les portes fermées de la salle et devant le service d’ordre qui a nous repoussé à plusieurs reprises. Mais au bout d’une demi-heure nous avons réussi là où la direction de l’Université a manqué de courage : la mobilisation de la communauté universitaire a fait annuler la conférence !

C’est encore une fois une occasion ratée de la part de la direction de l’Université de se positionner clairement, et non juste dans ses paroles et dans ses beaux discours, sur le fait que certaines personnes ne doivent pas accéder aux tribunes universitaires. La liberté d’expression oui, mais pas pour les négationnistes et les propagateurs de haine. D’autant plus que le FN a déjà tribune illimitée quotidienne dans la grande majorité des médias.
Comment Alain Beretz, le président de l’Université de Strasbourg, peut-il menacer de porter plainte lorsque Michel Cymes accuse l’Unistra de conserver encore des restes de déportés juifs massacrés par l’occupant nazi, et évoquer la liberté d’expression lorsque des négationnistes sont invités dans ses locaux ? Monsieur Beretz puisqu’apparemment vous semblez l’ignorer, si vous voulez un cours sur ce qu’est le FN, nous serons ravis de vous le prodiguer !

L’UEC Strasbourg se félicite de la réponse positive qu’un nombre important d’universitaires et d’étudiants ont donné à l’appel au rassemblement. Nous saluons la déterminations de nos camarades qui ont fait entendre haut et fort qu’aucun négationniste ne pourra jamais avoir sa place dans une Université résistante. Là où les fascistes propagent leurs discours de haine il y aura toujours des communistes pour les dégager !

Les valeurs de la Résistance ne doivent pas être une coquille vide, un costume d’apparat revêtu par les bonzes de l’Université lors des commémorations officielles. Les valeurs de la Résistance doivent être défendues à chaque fois que le discours haineux et fasciste essaie de pénétrer l’Université.

Avec la victoire d’hier, nous pouvons être fiers de dire que l’Université de Strasbourg était et est encore aujourd’hui une Université qui ne baisse pas sa tête face à l’extrême droite. Ce sont les étudiants et les personnels mobilisés qui font vivre les valeurs de la Résistance à l’université aujourd’hui.

Nous tenons par ailleurs à préciser que l’administrateur de la BNUS récuse toute participation à ce débat dans la réponse qu’il a adressé à notre lettre ouverte.


L’Union des étudiants communistes de Strasbourg.

Voir les commentaires

Rédigé par Union des étudiants communistes de Strasbourg

Repost 0

Publié le 8 Février 2015

Lettre ouverte à :

 

M. Sylvain SCHIRMANN, directeur de l'IEP de Strasbourg

Mme Anne-Laure PHILOUZE, Sciences Po Forum

M. Alain BERETZ, président de l'Université de Strasbourg et le Conseil d'administration de l'Université de Strasbourg

M. Benoît-Michel TOCK, directeur de la faculté des Sciences historiques

M. Albert POIROT, administrateur de la BNUS

M. Christian CHAZAL, directeur du CROUS de Strasbourg

 

 

L'Union des étudiants communistes de Strasbourg a appris récemment avec un certain écœurement, mais toutefois sans grande surprise, la venue de Bruno Gollnisch, député européen et bonze du Front national, lors d'un débat au Palais Universitaire organisé par l'IEP de Strasbourg [Institut d'Études Politiques]. Alors que nous fêtons cette année le 70e anniversaire de la libération de l'occupant nazi et la fin de la Seconde Guerre mondiale, le spectre hitlérien revient hanter l'Université de Strasbourg. Il est totalement inadmissible et révoltant que le négationniste et nazillon Bruno Gollnisch vienne vociférer son discours de haine à l'Université de Strasbourg. Nous vous rappelons dans le cas où cela vous aurait échappé que son parti a été fondé par des anciens membres de la Waffen-SS, de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (LVF), de l'OAS, ainsi que par des Vichystes, gestapistes et collaborateurs de tous poils. Apparemment ce ne sont que des personnes recommandables. À quand une cérémonie en l'honneur de la Reichsuniversität hitlérienne organisée par l'Université de Strasbourg ?

 

Nous voulons adresser un conseil aux administrateurs de l'Université de Strasbourg : joignez des actes concrets à vos paroles ! Vous qui vantez - à raison - une université résistante et médaillée de la résistance, surtout depuis la tuerie de Charlie Hebdo, vous laissez monsieur Gollnisch vomir ses paroles en toute impunité dans vos locaux ? Vous êtes décidément bien schizophrènes. Nous vous rappelons par ailleurs que vos pairs à l'Université Lyon III Jean Moulin ont exclu durant 5 ans monsieur Gollnisch de leur université pour avoir tenu des propos négationnistes concernant les chambres à gaz. Cautionnerait-on de tels propos à l'Université de Strasbourg ? De même, l'Université de Strasbourg qui se veut grand défenseur de la liberté de recherche, cautionnerait-elle les censures réalisées dans les bibliothèques des mairies FN ? Et enfin, l'Université cautionnerait-elle l'attitude exécrable - et le mot est faible, puisque cela va jusqu'aux menaces de mort -  du FN envers les journalistes et les médias qui rétablissent la vérité à leur sujet ? En outre, est-ce cette conception de l'Europe que vous voulez donner à vos étudiants et personnels ? Une Europe du repli identitaire, de l'obscurantisme et du mensonge ? Vous êtes responsables ainsi de la banalisation d'une pensée criminelle et dangereuse dans votre université. Nous nous demandons qui sont les véritables « collaborateurs » dans cette histoire.

 

Nous sommes également très surpris de voir en tant que partenaires de ce funeste événement le CROUS de Strasbourg ainsi que la BNUS [Bibliothèque universitaire de Strasbourg]. Que font ces organismes associés à une conférence où l'extrême droite est promue ?

 

Nous exigeons que l'Université de Strasbourg annule cette conférence et prenne des positionnements fermes contre l'extrême droite négationniste.

 

Par ailleurs, nous vous invitons à notre Semaine de la pensée marxiste où nous pourrons échanger sur les véritables valeurs de la liberté, d'Europe et de coopération mutuelle entre les peuples, et notamment le mercredi 18 février où nous honorerons la résistance communiste au nazisme en Alsace-Lorraine durant la Seconde Guerre mondiale. De plus, nous vous joignons un programme de notre événement pour que vous n'oubliez pas de le noter dans vos agendas !

 

 

L'Union des étudiants communistes de Strasbourg & le Mouvement des jeunes communistes du Bas-Rhin.

Voir les commentaires

Rédigé par Union des étudiants communistes de Strasbourg

Repost 0

Publié le 6 Février 2015

Programme de la Semaine de la pensée marxiste 2015 !

L'Union des étudiants communistes de Strasbourg a le plaisir de vous inviter à l'édition 2015 de la Semaine de la pensée marxiste !

Nous vous convions fortement à consulter le programme détaillé de notre événement pour plus de précisions. Celui-ci est disponible ci-dessus ou via ce lien : https://mega.co.nz/#!cdpwFJBD!Le9F9t7B0kD4bAX92HYjWvnZc4Iguruphc7pS9VNJ5k


Voici le programme résumé de notre Semaine de la pensée marxiste :


Lundi 16/02 : Conférence/débat avec Roland PFEFFERKORN (professeur de sociologie à l’Université de Strasbourg) sur le thème « Penser la liberté à partir du concept de rapport social »

Mardi 17/02 : Débat avec Roger SIFFER (humoriste, chanteur, comédien et cabaretier) sur le thème « Comment la liberté se conjugue-t-elle en Alsace ? »

Mercredi 18/02 : Conférence/débat avec Françoise OLIVIER-UTARD (maîtresse de conférence à l'Université de Strasbourg et présidente de l'association almémos - Association Alsace mémoire du mouvement social) sur le thème « La résistance communiste en Alsace-Lorraine durant la Seconde Guerre mondiale »

Jeudi 19/02 : Table ronde/débat avec la Feuille de Chou (journal alternatif strasbourgeois), Christian BACH (trésorier du Club de la presse de Strasbourg), Les Amis de l'Humanité Alsace & Les Amis du Monde diplomatique Strasbourg sur le thème « La liberté et l'indépendance de la presse »


Tous nos événements auront lieu de 18h à 20h dans l'Amphi 3 de l'Institut Le Bel (https://goo.gl/maps/e12aG), hormis la table ronde du jeudi 19/02 qui se tiendra dans l'Amphi 1 du même bâtiment.
 
N'hésitez pas à vous inscrire sur l'événement Facebook : https://www.facebook.com/events/1397166733920905
 
 

L'Union des étudiants communistes de Strasbourg.

Voir les commentaires

Rédigé par Union des étudiants communistes de Strasbourg

Repost 0