Publié le 26 Avril 2015

Fin mars, l’Université et le CROUS de Strasbourg ont annoncé à la communauté universitaire la fin du système de paiement Monéo et son remplacement par une nouvelle carte multiservices, « Izly ». Le nouveau Pass Campus, qui sera distribué à partir du mois de juillet, couvrirait un large éventail de services : restaurants universitaires et cafétérias, distributeurs automatiques, laveries en cités universitaires, emprunt de livres en bibliothèques universitaires, accès aux photocopieurs en libre service, transport avec la CTS et sport.

 

Mais comme nous l’avions souligné en 2009 lors de l’introduction du système Monéo, le nouveau Pass Campus est encore une fois une fausse bonne idée : certains détails que l’administration universitaire a omis de préciser aux étudiants comportent en effet de nombreux dangers. Symptomatique de l’ « université du business » mise en place par les lois LRU et Fioraso entre 2009 et 2013, le système Izly mérite d’être décripté pour connaître les reculs qu’il cache.

 

L’université au service des banquiers

 

Comme elle l’avait fait avec la banque BNP Paribas lors de l’introduction de Monéo, l’UdS a passé un contrat juteux avec la banque commerciale et assurance BPCE (Groupe des Banques Populaires et des Caisses d'Epargne) pour la mise en place d’Izly. S’appuyant sur la plateforme S-money, cette application de porte-monnaie numérique a été créée par le Groupe BPCE pour la Caisse d’épargne et la Banque populaire. Si Monéo avait transformé l’ensemble des étudiants de l’UdS en futurs clients potentiels de BNP Paribas, Izly fera la même chose avec la Caisse d’épargne et la Banque populaire : à chaque fois que nous utiliserons notre Pass Campus ces banques toucheront une commission qui entrera directement dans leurs caisses en taxant les étudiants ! Aussi, le fait que ce nouveau Pass Campus soit lui aussi déjà prêt à l’emploi (il suffit de le recharger) signifie que chaque étudiant a forcément un compte Izly dans ces banques.

 

Un Pass Campus pour menacer nos libertés

 

La fabrication du Pass Campus connecté avec le système Monéo avait été sous-traitée à une entreprise privée qui possède techniquement un accès aux données personnelles de chaque étudiant sans restriction. Il était possible d’interdire l’utilisation de ces données, mais cette option n’était même pas proposée par les employés de l’université lors de nos inscriptions administratives.

Face au manque de transparence de l’administration universitaire sur les dangers du système Izly, nous craignons que de véritables risques sur un fichage de nos activités se poursuivent avec cette nouvelle puce : les données sur nos habitudes de consommation pourront être utilisées par des grandes entreprises privées à des fins commerciales et lucratives.

Pire encore, tout comme avec Monéo, le nouveau Pass Campus continuera à contrôler dans les prochaines années l’accès à certains batiments universitaires, avec des restrictions ou des interdictions d’accès pour certains d’entre eux : des menaces qui pèsent fortement sur notre liberté de circulation au sein du campus !

Izly ne fera donc que prolonger dans le milieu universitaire le climat de flicage et de délire sécuritaire que le gouvernement est en train de mettre en place, dans l’esprit notamment de la Loi sur le renseignement discutée actuellement au Parlement.

 

Des services moins accessibles hors système Izly

 

Enfin, l’administration universitaire prétend qu’avec le système Izly une simplification de l’accès aux services aurait lieu. Nous craignons au contraire une dégradation de l’accès aux services : depuis 2009, pour les étudiants qui ne veulent pas utiliser prioritairement le système de paiement Pass Campus les services accessibles se réduisent de plus en plus. L’objectif de l’administration universitaire est d’obliger les étudiants à se servir exclusivement de la carte multiservices pour tout paiement, au grand bonheur des banquiers.

L’utilisation exclusive de la carte multiservices est déjà requise dans tous les RestosU et dans la plupart des caféterias du CROUS, mais aussi pour l’accès aux photocopieurs des bibliothèques universitaires. Elle sera maintenant généralisée en ce qui concerne les laveries des Cités-U, avec une nette dégradation de l’accès au service pour les étudiants.

Les élus de l’UEC à la Cité-U de la Robertsau ont fait part, à plusieurs reprises, de leurs doutes quant à ce nouveau système, suite aux doléances de la plupart des résidents lorsque l’utilisation de la carte Pass campus a été imposée comme seul moyen de paiement des machines à laver (depuis la rentrée 2014). Le CROUS a renoncé à son devoir de maintien des machines à laver et a préféré externaliser le service au profit d’une entreprise privée, qui a augmenté le prix des lavages pour les étudiants et a rendu impossible l’accès aux machines pour les étudiants qui ne veulent pas se servir de la carte Pass Campus ! Qu’en est-il de la simplification de l’accès aux services ?

 

L’UEC n’a jamais été défavorable au principe de disposer d’une carte multiservices, mais nous dénonçons le fait que ce nouveau dispositif soit une fois de plus un prétexte pour faire entrer les banques dans nos universités, menacer nos libertés publiques et externaliser un nombre de plus en plus important de services universitaires.

Contre la privatisation de nos lieux d’études et la dégradation de l’accès aux services universitaires, l’UEC propose la remise en place d’une carte multiservices 100% publique, gérée par l’UdS et le CROUS de Strasbourg et non par les banques privées. Aussi, nous exigeons que l’administration universitaire revienne sur la généralisation des paiements via la carte Pass Campus : elle doit envisager un double système de paiement permettant l’accès aux services pour les étudiants qui ne veulent ou ne peuvent pas utiliser constamment la carte Pass Campus.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 23 Avril 2015

Fête du 1er mai des Jeunes communistes du Bas-Rhin
Cette année, comme depuis 2008, les Jeunes Communistes du Bas-Rhin organisent leur fête du 1er mai, journée internationale des travailleurs, au CARDEK place des orphelins à Strasbourg (pour s'y rendre : https://goo.gl/maps/JKOns).

Nous invitons tous les militants, sympathisants, travailleurs, étudiants, précaires et chômeurs à se joindre à nous, que ça soit autour d'un verre, d'une chanson ou d'un repas.

Au programme :

- Petite restauration (barbecue et salades, les végétariens ne seront pas oubliés)
- Boissons
- Animation musicale (orchestres et chorale de la JC) et extra-musicale
- Stands politiques

Alors après la manifestation, soyez nombreux et avec le sourire !

 
N'hésitez pas à vous inscrire sur l'événement Facebook : https://www.facebook.com/events/720021821453214/

 

Le Mouvement des jeunes communistes du Bas-Rhin.

Voir les commentaires

Rédigé par Union des étudiants communistes de Strasbourg

Repost 0

Publié le 8 Avril 2015

Fin mars un étudiant de nationalité gabonaise résidant en France depuis 2009, et qui vient de finir ses études à l’Université de Strasbourg, a été arrêté et conduit au centre de rétention de Metz. Il est susceptible d’être expulsé d’un instant à l’autre car il s’est retrouvé en condition de sans-papiers.

 

Nous apportons tout notre soutien à la Cellule de veille de l’Université de Strasbourg qui est déjà mobilisée aux côtés de l’étudiant. L’audience décisive aura lieu le 10 avril. Toute la communauté universitaire doit manifester son soutien inconditionnel !

 

En particulier nous attendons une prise de position claire de la part de la direction de l’Université de Strasbourg pour qu’elle soutienne cet étudiant, comme elle l’a toujours fait dans le passé pour des cas pareils. Est-ce que le fait qu’il s’agisse d’un ancien étudiant et non d’un étudiant « tout court » est la raison du silence de la direction ?
Nous entendons tous les jours les éloges de la direction de l’UdS sur l’importance du réseau des anciens étudiants : est-ce que ceci est considéré important seulement lorsqu’il s’agit de faire du pur réseautage, pour rester dans les circuits universitaires, pour faire des bons contacts et s’entraider pour ses carrières ? Ou est-ce que selon la direction de l’UdS le réseau des anciens a de la valeur aussi lorsqu’il s’agit de se mobiliser pour ses anciens étudiants étrangers menacés d’expulsions ?

 

Nous ne pouvons pas concevoir que des anciens camarades de classe, qui ont contribué pour plusieurs années au rayonnement de notre établissement et avec lesquels nous avons partagé tous les jours les cours sur les bancs de la fac, les pauses café et les heures de révision à la bibliothèque vivent maintenant la peur au ventre d’être expulsés du territoire français.

 

C’est pour cela que nous le répetons haut et fort : Non aux expulsions des étudiants étrangers ! Régularisation de tous les sans-papiers !
 

L’Union des Etudiants Communistes de Strasbourg


Le communiqué de presse de l’Intersyndicale de l’Université de Strasbourg, le 1er avril 2015 : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/78936

Voir les commentaires

Rédigé par Union des étudiants communistes de Strasbourg

Repost 0

Publié le 7 Avril 2015

Jeudi 9 avril : journée interprofessionnelle de grèves et de manifestations !

La loi MACRON c'est :

Moins de droits pour les salarié-es
Travail dérèglementé, prud'hommes cassés, inspection du travail diminuée... Les femmes seront les premières touchées.

Moins de services publics
Privatisations, déréglementation des transports, marchandisation de la santé…

Moins de protection pour les locataires, moins de contrôle écologique pour les citoyens, moins de moyens pour les associations …

La loi Macron, c’est aussi l’autoritarisme du gouvernement et un passage en force avec le 49-3 !

Journée interprofessionnelle de grèves et de manifestations

unissant le public et le privé, à l’initiative de la CGT, de FO, de Solidaires et de la FSU.

Salaires, emplois, conditions de travail et mobilisation contre la loi Macron

MANIFESTATION à STRASBOURG

JEUDI 9 AVRIL

RENDEZ-VOUS À 10 H, Place de la Bourse et à 13h au Palais Universitaire pour une Assemblée générale pour discuter des perspectives de lutte !

Voir les commentaires

Rédigé par Union des étudiants communistes de Strasbourg

Repost 0

Publié le 7 Avril 2015

Programme du Festival du film palestinien du 7 au 10 avril !

Festival du Film Palestinien Strasbourg • 1ère édition • du 7 au 10 avril 2015 • Strasbourg, Erstein, Sélestat.
Documentaires, fictions, courts et longs métrages, rencontres avec les réalisateurs

>>> Au cinéma Star St Exupéry à Strasbourg, (18 rue du 22 Novembre) :
• mardi 7 avril à 20h 'Palestine stéréo'
Soirée d’ouverture en présence du réalisateur Rashid Masharawi et de Areen Omari, actrice.

Ensuite, au cinéma Star, 27 rue du Jeu-des-Enfants, Strasbourg :
• mercredi 8 avril à 18h 'Ismaïl' (CM) + 'The road to Silverstone' et à 20h 'Route 60' en présence du réalisateur Alaa Ashkar
• jeudi 9 avril à 18h 'When I saw you' et à 20h 'Les Chebabs de Yarmouk', en présence du réalisateur Axel Salvatori-Sinz
• vendredi 10 avril à 18h 'The wanted 18' et à 20h 'Flying paper' en présence de la coproductrice Anne Paq

>>> A Sélestat, Cinéma Le Sélect, 48 rue du Président Poincaré
• mardi 7 avril à 20h15 'Route 60' en présence du réalisateur Alaa Ashkar

>>> A Erstein, Erstein Cinéma, Rue Jean Philippe Bapst
• jeudi 9 avril à 20h 'The Wanted 18'

Organisé par le Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) en partenariat avec: Les Amis du Monde Diplomatique, le CCFD-Terre solidaire et la Cimade.

Le Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine >>
Créé en 2004, le CJACP rassemble des citoyens de toutes origines et croyances. Il milite pour la reconnaissance et le respect du droit international et des droits de l’Homme en Israël/Palestine, afin que les peuples israélien et palestinien puissent vivre libres et en paix dans la justice et le respect mutuel des droits et des aspirations des deux peuples. Conscient des dérives racistes, antisémites, islamophobes et xénophobes que peut induire le conflit israélo-palestinien en France, le CJACP agit pour le dialogue, contre la haine, la violence et toute discrimination, par les diverses activités et actions culturelles, humanitaires et de solidarité qu’il développe : information, manifestations, organisations de missions civiles en Palestine/Israël, témoignages, conférences, participation au Festival Strasbourg-Méditerranée, fêtes de
quartier, « journées Palestine » festives et culturelles, soutien aux pacifistes israéliens, liens avec le Parlement Européen, etc.

Voir les commentaires

Rédigé par Union des étudiants communistes de Strasbourg

Repost 0